Programme

Voir grand

Voir grand

La série Voir grand se tient tout au long du Congrès et fait intervenir d’éminents spécialistes et des personnalités connues qui exposent les conclusions de recherches de premier plan, ouvrent de nouvelles perspectives et offrent des solutions aux questions cruciales et aux enjeux de notre époque. Cette série est gratuite et ouverte à tous les congressistes inscrits ainsi qu'aux membres du public. 

Programme de Voir grand

  • Le 28 mai 2021 - de 12:00 à 13:00 (HNR)
  • Le 29 mai 2021 - de 12:00 à 13:00 (HNR)
  • Le 31 mai 2021 - de 12:15 à 13:15 (HNR)
  • Le 1er juin 2021 - de 12:00 à 13:00 (HNR)
  • Le 2 juin 2021 - de 12:00 à 13:00 (HNR)
  • Le 3 juin 2021 - de 12:00 à 13:00 (HNR)

Confériencers confirmés : 

L'honorable Ethel Blondin-Andrew 
Yáázǫ Kéorat’ı̨ (Nous voyons la lumière du jour)

Le 28 mai 2021 | 12:00 à 13:00 (HNR)

Blondin-Andrew discutera de la façon dont l’eau saine, de bons emplois et la participation active aux diverses économies locales grâce aux actions de conservation autochtones peuvent contribuer à bâtir un avenir sain pour le territoire et le peuple. 

À propos de l'honorable Ethel Blondin-Andrew

D’origine dénée, Ethel a fui l’école résidentielle Grollier Hall pour aller vivre dans un « village de tentes » lorsqu’elle était enfant. Des années plus tard, elle a obtenu un diplôme en éducation de l’Université de l’Alberta et a enseigné dans trois communautés des Territoires du Nord-Ouest, pour se spécialiser par la suite en développement de programmes d’études en langues autochtones à Yellowknife. Ethel a pris son courage à deux mains et est devenue la première femme autochtone à se faire élire au Parlement. Elle a été députée pendant 17 ans et membre du cabinet pendant 13 ans. En 2019, Mme Blondin-Andrew s’est fait décerner le « Lifetime Achievement Award » par le magazine Maclean’s.
 

Shirley Anne Tate image

Shirley Anne Tate

Une touche de racisme : 'Je n'arrive pas à mettre le doigt dessus'

Le 29 mai 2021 | 12:00 à 13:00 (HNR)

Lors de cet événement organisé par la Black Graduate Studies Association de l'Université de l'Alberta, Tate examinera d’un regard critique les sensibilités post-raciales du milieu universitaire et mettra en question la transmission quotidienne du racisme en s’écartant de l’empreinte noire.   

À propos de Shirley Anne Tate

Mme Shirly Anne Tate, Ph. D. est titulaire de la Chaire de recherche du Canada (CRC) sur le féminisme et l’intersectionnalité au département de sociologie de l’Université de l’Alberta. Pendant plus d’une décennie, elle a tourné ses analyses – ancrées dans la pensée féministe décolonialiste caribéenne et noire – vers le milieu universitaire. Ses recherches actuelles à la CRC se penchent sur le racisme à envers la communauté des personnes autochtones, noires et de couleur (PANDC) et la décolonisation dans les universités au Canada, au Brésil, en Afrique du Sud, en Suède et en Finlande. 
 

Ibram X. Kendi 

Comment devenir antiraciste

Le 31 mai 2021 | 12:15 à 13:15 (HNR)

Dans une démarche d’ouverture d’esprit, nous essayons toutes et tous activement de comprendre ce qu’est le racisme. Lors de cette conversation profondément personnelle et inspirante, Kendi fera évoluer la discussion de comment ne pas être raciste à comment être antiraciste. Il partagera également ses propres préjugés racistes et comment il les a surmontés.

À propos d’Ibram X. Kendi

Ibram X. Kendi est le professeur Andrew W. Mellon à la Faculté des lettres et sciences humaines à l’Université de Boston, et est le directeur fondateur du BU Center for Antiracist Research. Il est rédacteur au The Atlantic et activiste pour la justice raciale à CBS News. Kendi est par ailleurs titulaire de la bourse de recherche Frances B. Cashin 2020-2021 au Radcliffe Institute for Advanced Study à l’Université Harvard.

Il est l’auteur de nombreux livres, notamment : Stamped from the Beginning: The Definitive History of Racist Ideas in America, qui a remporté le National Book Award for Nonfiction, étant le plus jeune auteur récipiendaire de ce prix. Il est également l’auteur de trois bestsellers figurant en tête de la liste du New York Times, How to Be an Antiracist; Stamped: Racism, Antiracism, and You, coécrit avec Jason Reynolds; et Antiracist Baby, illustré par Ashley Lukashevsky. Ses livres les plus récents sont Be Antiracist: A Journal for Awareness, Reflection, and Action; et Four Hundred Souls: A Community History of African America, coédité avec Keisha Blain, qui paraîtra en février. En 2020, le magazine Time a nommé Kendi l’une des 100 personnes les plus influentes au monde.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur Ibram X. Kendi, veuillez visiter www.prhspeakers.com.
 

Alice Sheppard 

Le handicap (re)formera les arts 

Le 1 juin 2021 | 12:00 à 13:00 (HNR)

Mettant de l'avant et à l'honneur l'histoire, l'esthétique et la culture des personnes en situation de handicap, le mouvement artistique multidimensionnel du handicap fait la promotion d'œuvres d'artistes en situation de handicap, d'œuvres qui mettent en vedette des personnes en situation de handicap et d'œuvres qui s'adressent d'abord et avant tout aux personnes en situation de handicap. L'accès n'est pas une mesure d'adaptation ou un service rétrospectifs; il s'agit plutôt d'une esthétique créative et productive de l'œuvre elle-même. Plutôt que de continuellement justifier, défendre et expliquer le handicap aux personnes non handicapées, un réseau peu structuré d'artistes à l'avant-garde de ce mouvement s'intéresse aux multiples dimensions de la politique, de l'histoire, de l'esthétique et de l'expérience des personnes en situation de handicap. Alice Sheppard situe Kinetic Light au sein de ce mouvement et parle de certaines pratiques du groupe.

À propos de Alice Sheppard 

Alice Sheppard s’est entrainée auprès de Kitty Lunn, s'est produite avec l'Infinity Dance Theater, puis est devenue l'une des principales membres d'Axis Dance Company. Mme Sheppard est la directrice artistique de Kinetic Light, un groupe formé autour d'un projet qui aborde les thèmes du handicap, de la danse, du design, de l'identité et de la technologie pour créer un art transformateur et pour faire connaître le mouvement artistique multidimensionnel du handicap. Alice, qui est une artiste originaire des États-Unis, bénéficiaire d'une bourse de Creative Capital et récipiendaire d'un prix Bessie, crée un mouvement qui mobilise les arts multidimensionnels, la culture et l'histoire du handicap et qui remet en question la compréhension traditionnelle des corps handicapés et dansants. Certains de ses articles sont parus dans The New York Times et dans des revues comme Movement Research Performance Journal et Catalyst.

Description de la photo : Alice Sheppard, une métisse noire à la peau de la couleur du café et aux cheveux frisés parcourus de mèches blondes, cuivrées et rousses, fixe la caméra. Elle porte un chemisier noir et un collier en or brille à son cou. Son visage repose dans la paume de sa main, tandis que son coude est appuyé sur sa cuisse. [Description fournie par l’artiste à des fins d’accessibilité] Crédit photographique : Beverlie Lord
 

Maria Campbell

Maria Campbell

Ni'wahkomakanak: toutes mes relations

Le 2 juin 2021 | 12:00 à 13:00 (HNR)

« Enfant, pour moi que ni’wahkomakanak voulait dire “toutes mes relations”. […] Nous comprenions et nous incarnions ce mot, en célébrant wakotowin et ni’wahkomakanak par les visites et par les festins, et en nous entraidant, peu importe nos différences ». 

« J’avais 12 ans quand les choses ont commencé à changer : d’abord, l’État a pris nos enfants et contraint nos peuples à quitter leurs terres; des familles ont ensuite dû migrer vers des centres urbains afin de se trouver du travail. Des frontières définies par des politiques et des lois nous ont divisés. Pire encore, nous avons commencé à croire que ces divisions nous définissaient. Il est difficile de comprendre ce genre de division, la destruction de ni’wahkomakanak, à moins de l’avoir vécu. La famille, la communauté et le lieu ne cessent de rapetisser. »  

À propos de Maria Campbell 

L’auteure, dramaturge, cinéaste et professeure Maria Campbell a publié sept livres. Elle est reconnue pour ses mémoires à succès, Halfbreed, parus en 1973. Son plus récent livre, Keetsahnak / Our Missing and Murdered Indigenous Sisters, coédité avec Kim Anderson and Christi Belcourt, a été publié en 2019. 

Maria a enseigné la littérature autochtone, la création littéraire et l’histoire des Métis à l’Université de la Saskatchewan pendant 15 ans, ayant pris sa retraite en 2012. Elle est la conseillère culturelle pour les questions autochtones au College of Law de l’Université de la Saskatchewan et l’Université d’Athabasca.
 

Sheila Watt-Cloutier

Sheila Watt-Cloutier 

Tout est connecté : L’environnement, l’économie, la politique étrangère, la durabilité, les droits de la personne et le leadership au 21e siècle

Le 3 juin 2021 | 12:00 à 13:00 (HNR)

Défenseuse de l'environnement, de la culture et des droits de l'homme, Watt-Cloutier propose un nouveau modèle de leadership pour le 21e siècle en abordant des questions urgentes telles que l'environnement, l'économie, la politique étrangère, la santé mondiale et la durabilité, non pas comme des préoccupations distinctes, mais comme un ensemble profondément interconnecté.

À propos de Sheila Watt-Cloutier 

Sheila Watt-Cloutier défend les causes environnementale, culturelle et des droits de la personne. Par son travail, elle démontre que les enjeux pressants de notre époque – l’environnement, l’économie, la politique étrangère et la santé mondiale – sont profondément interreliés. Mme Watt-Cloutier a été sélectionnée au nombre des candidats au prix Nobel de la paix (2007) pour le travail qu’elle a mené afin de démontrer les répercussions des changements climatiques sur les droits de la personne, particulièrement dans l’Arctique. Officière de l’Ordre du Canada, elle a par ailleurs remporté l’Aboriginal Achievement Award, le prix Champions de la Terre des Nations Unies, le prix norvégien Sophie, le prix Jack P. Blaney pour le dialogue et le Right Livelihood Award. Elle a été la présidente canadienne du Conseil circumpolaire inuit de 1995 à 2002, puis en a été la présidente internationale de 2002 à 2006. Ses mémoires, The Right to Be Cold: One Woman's Story of Protecting Her Culture, the Arctic and the Whole Planet, ont fait partie des quelques ouvrages sélectionnés pour le combat des livres Canada Reads en 2017.

 

 

La série de causeries Voir grand est commanditée :

 

  SSHRC logo
 

Universities Canada logo image