À propos du Congrès

Groupe de travail sur la planification de contingence du Congrès

Groupe de travail sur la planification de contingence du Congrès

 

Mise à jour des coprésidents

 

Le 20 août 2020

Chers représentants et représentantes des associations participant au Congrès 2021,

Il y a trois semaines, la Fédération et l’Université de l’Alberta ont annoncé la création d’un groupe de travail sur la planification de contingence du Congrès ayant pour but d’évaluer les risques liés à la COVID-19 et de formuler des recommandations sur une possible formule hybride ou virtuelle. Depuis, le groupe de travail s’est déjà réuni deux fois, et il continuera de le faire dans les semaines qui viennent afin de soumettre ses recommandations préliminaires à l’examen des associations participantes lors des réunions de planification virtuelle des 22 et 24 septembre 2020. D’ici le 1er novembre, nous publierons un plan exhaustif contenant toute l’information essentielle à la planification des réunions et des activités de votre association, dont le format de l’événement et le processus d’inscription. 

Dès ses discussions préliminaires, le groupe de travail s’est entendu sur un point : il faut d’ores et déjà planifier une version du Congrès à laquelle il sera possible de participer virtuellement. Le Congrès 2021 aura lieu, et la Fédération et l’Université de l’Alberta sont prêtes à offrir aux chercheurs, aux étudiants aux cycles supérieurs, aux responsables des politiques et aux professionnels l’environnement dont ils ont besoin pour se réunir, échanger des idées, collaborer et dialoguer dans l’esprit habituel du Congrès. Les associations sont encouragées à organiser leurs appels de communications selon l’échéancier habituel et à aviser leurs membres qu’elles présenteront bel et bien leurs travaux de recherche au Congrès 2021. Au cours de votre planification du Congrès 2021, veuillez garder en tête l’échéancier de notre plan d’urgence et vous préparer le mieux possible à collaborer avec la Fédération et l’Université de l’Alberta pour offrir une expérience positive à vos membres.

Un Congrès assorti d’un important volet virtuel pourrait comporter certains défis dans l’avancement des pratiques et des conversations touchant l’équité et la décolonisation ainsi que de l’inclusion des communautés autochtones et marginalisées. L’ensemble de nos plans s’appuieront sur les conseils du nouveau Comité consultatif du Congrès sur l’équité, la diversité, l’inclusion et la décolonisation (EDID). Nous nous engageons envers la décolonisation et l’organisation d’un Congrès accessible, équitable, diversifié et inclusif.

Un Congrès en grande partie virtuel est en outre complètement inédit. Ce sera l’occasion pour nous d’élargir notre portée et de rendre nos travaux de recherche accessibles à de nouveaux secteurs, communautés, publics et collaborateurs. Compte tenu du succès de la Semaine des conférences virtuelles de la Fédération et de l’expérience de l’Université de l’Alberta dans l’organisation de conférences virtuelles d’envergure internationale, nous avons les ressources, les capacités et l’expertise nécessaires pour vous soutenir à chaque étape, vous et votre association. Ensemble, nous réinventerons le Congrès et laisserons notre marque sur les rassemblements universitaires de demain.     

Nous vous tiendrons régulièrement au courant de nos progrès et vous aviserons des nouveaux jalons atteints par le groupe de travail sur cette page. Merci de compter sur nos conseils et notre soutien pour assurer la réussite de votre conférence d’association 2021 et du Congrès.

 

Michael O’Driscoll, coprésident du groupe de travail et responsable universitaire, Congrès 2021, Université de l’Alberta

Laura Chajkowski, coprésidente du groupe de travail et directrice, Congrès et événements, Fédération des sciences humaines

 


 

La Fédération et l’Université de l’Alberta lancent un Groupe de travail sur la planification de contingence du Congrès

 

Lorsque l’annulation du Congrès 2020 a été décidée au printemps, nous savions qu’un exercice de réflexion s’amorcerait et nous pousserait à examiner d’importantes questions sur l’avenir du Congrès.

Comme l’ont démontré les conférences virtuelles organisées par la Fédération et quatre associations au début de juin, il est possible d’amener les membres de notre milieu à échanger des idées et à poursuivre le dialogue national sans être dans la même pièce, ni sur le même campus. Ces rencontres ont aussi mis en lumière les difficultés d’une formule virtuelle. Nous aimerions bien sûr que le Congrès 2021 se déroule entièrement à l’Université de l’Alberta l’an prochain, mais nous devons composer avec l’incertitude de la situation et les risques connexes, et nous préparer à tous les scénarios possibles. Nous voulons vous offrir une expérience enrichissante, dont vous vous nourrirez pendant longtemps, tout en assurant votre sécurité.

Dans ce contexte, l’Université de l’Alberta et la Fédération ont formé un Groupe de travail sur la planification de contingence du Congrès, dont les membres sont :

  • Michael O’Driscoll (coprésident), responsable académique, Congrès 2021
  • Laura Chajkowski (coprésidente), directrice, Congrès et événements, Fédération des sciences humaines
  • Jennifer Andrews, présidente sortante, Association of Canadian College and University Teachers of English, membre du Conseil d’administration de la Fédération
  • Xiaobei Chen, présidente, Société canadienne de sociologie
  • Ryan Katz-Rosene, président, Association canadienne d’études environnementales
  • Temitope Oriola, président, Association canadienne des études africaines
  • Geoffrey Rockwell, président, Société canadienne des humanités numériques, Kule Institute for Advanced Study
  • Lynn Thomas, présidente sortante, Société canadienne pour l’étude de l’éducation


Le mandat du groupe de travail comprendra ce qui suit :

  • Présenter des recommandations à la Fédération au terme d’une évaluation des risques liés à la tenue du Congrès 2021 et des éditions suivantes du Congrès, plus particulièrement en ce qui concerne la COVID-19;
  • Cerner les problèmes liés à la participation en ligne au Congrès, touchant par exemple la cybersécurité, la confidentialité, l’accessibilité et l’équité;
  • Examiner des pistes d’innovation susceptibles d’améliorer le Congrès et de faciliter l’atteinte de ses objectifs stratégiques.


Le travail de planification des mesures exceptionnelles sera aussi éclairé par les recommandations provenant du nouveau Comité consultatif du Congrès sur l’équité, la diversité, l’inclusion et la décolonisation (EDID). Ainsi, les innovations retenues amélioreront l’accès, élimineront les obstacles à la participation et permettront de créer des espaces sûrs où échanger et débattre.

Le groupe de travail s’attellera à la tâche immédiatement afin que les plans soient en place bien à l’avance et que l’événement soit couronné de succès, peu importe les restrictions touchant les déplacements ou les réunions. Les recommandations préliminaires visant les différents scénarios seront communiquées aux représentants des associations lors de la Réunion de planification de septembre 2020. Les commentaires seront pris en compte, et les recommandations définitives seront adoptées en octobre. Puis, au début de novembre, les plans concernant le Congrès 2021 seront annoncés. Tandis que les membres du groupe de travail sont à l’œuvre, nous poursuivrons la planification des activités virtuelles et en personne du Congrès, sans exclure la possibilité d’une formule hybride. À mesure que nous obtiendrons de l’information, nous adapterons nos plans et tiendrons les membres au fait de l’évolution de la situation.

Le Congrès est le fruit de partenariats. Sa réussite dépend donc d’une collaboration étroite entre la Fédération, l’Université de l’Alberta et les plus de 70 associations savantes qui se réunissent à cette occasion chaque année. Ensemble, nous trouverons des solutions sûres et durables pour relever les défis à venir.

Si vous avez des commentaires ou des questions, écrivez à federation@ideas-idees.ca.



À propos de la Fédération des sciences humaines
La Fédération des sciences humaines œuvre à la mise en valeur de la recherche et de l’enseignement pour l’avancement d’une société inclusive, démocratique et prospère. La Fédération regroupe aujourd’hui plus de 160 universités, institutions et sociétés savantes représentant 91 000 chercheurs, membres du corps enseignant et étudiants au Canada. Elle organise chaque année le plus grand rassemblement d’universitaires au Canada à l’occasion du Congrès des sciences humaines. Pour plus de renseignements, visitez www.idees-ideas.ca. Le bureau de la Fédération est situé sur le territoire traditionnel non cédé algonquin.

À propos de l’Université de l'Alberta
Située à Edmonton, l’Université de l'Alberta est l’une des principales universités canadiennes axées sur l’enseignement et la recherche. Elle est mondialement réputée pour son excellence dans les domaines des sciences humaines, des sciences, des arts créatifs, des études commerciales, du génie et des sciences de la santé. Comptant plus de 40 000 étudiants et 15 000 professeurs et membres du personnel, elle dispose d’un budget annuel de 1,9 milliard de dollars et attire chaque année au-delà de 500 millions de dollars de subventions de recherche. L’Université de l'Alberta propose près de 900 programmes de premier cycle et d’études supérieures ainsi que des programmes professionnels des plus rigoureux au sein de ses 18 facultés réparties sur cinq campus – dont un en milieu rural et un autre francophone. Elle compte plus de 275 000 diplômés établis dans le monde entier.
Consciente d’être située sur le territoire du Traité no 6, l’Université de l'Alberta se fait un devoir de respecter les histoires, langues et cultures des Premières Nations, des Métis, des Inuits et de l’ensemble des Autochtones du Canada, dont la présence continue d’enrichir la dynamique collectivité d’Edmonton.